Une explosion chez Monsanto fait onze morts le 13 octobre 1966.

Denis
Denis Gravel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Une violente explosion souffle l'immeuble abritant l'unité de production du polystyrène tuant onze personnes vers 23h22, le 13 octobre 1966. Au moment de la déflagration, une trentaine de personnes au total travaillent dans l'usine de Monsanto. Des témoins affirmèrent que la puissance de la première explosion qui déclencha l'incendie était telle qu'elle fit monter une gerbe de flammes à plus de 50 mètres dans les airs dont le souffle puissant fut entendu à plusieurs kilomètres à la ronde. Des habitants se trouvant à plusieurs centaines de mètres au moment de la déflagration affirmèrent s'être sentis poussés par un violent mouvement d'air. Les services de pompiers affirmèrent également que la violence de la déflagration déclencha simultanément les dispositifs d'alerte dans plusieurs des usines environnantes au point que les pompiers ne savaient réellement pas par où commencer.

Après la première déflagration, les flammes causèrent une série d'explosions de faible intensité suscitée par des barils de 45 gallons de produits inflammables qui sautaient les uns après les autres. Une centaine d'explosions alimentèrent au fur et à mesure le brasier dont les flammes s'élevaient à près de 40 mètres du sol. La dernière explosion fut signalée vers 7 heures 15 minutes le lendemain matin. La violence de la détonation de la première explosion éveilla la curiosité des LaSallois qui se ruèrent vers le lieu du drame par centaines, ce qui ne tarda pas à bloquer complètement la circulation dans tout le secteur et ne manqua pas également de nuire sérieusement au passage des véhicules de secours. Cette situation amena les autorités à intervenir pour tenir les curieux à distance en dressant des câbles à environ 150 mètres du lieu du sinistre. La tâche des pompiers était des plus rudes; ils risquaient leur vie en essayant d'empêcher les flammes d'envahir les autres unités de l'usine et principalement quatre réservoirs qui risquaient de se désintégrer à tout moment. Ces réservoirs étaient d'une capacité de 50 000 gallons de produits fortement inflammables (du benzène, du nitrile acrylique et du polystyrène). L'explosion d'un seul aurait causé une tragédie indescriptible qui n'épargnerait ni les pompiers ni les centaines de curieux qui se trouvaient sur les lieux. Pour compléter ce tableau sinistre, onze wagons-citernes contenant des produits chimiques étaient stationnés sur des voies ferrées de part et d'autre du brasier. Les pompiers durent les arroser continuellement pour les empêcher de s'échauffer. Ajouté à cela, l'usine de Monsanto était située à proximité d'une usine de la corporation du gaz naturel du Québec. L'incendie mobilisa plus de 150 pompiers, ceux de LaSalle et ceux venus des municipalités voisines, qui ne parvinrent à prendre contrôle des flammes qu'à une heure du matin. Il fallait ajouter encore plusieurs heures avant d'éteindre complètement le brasier. En plus des pompiers, des centaines de secouristes étaient venus sur les lieux, il s'agissait de membres de la brigade ambulancière Saint-Jean, de membres de la protection civile, d'ambulanciers et des corps policiers de Pierrefonds, de Saint-Pierre, Greenfield Park, Westmount et autres. Des blessés reçurent des soins sur place, d'autres furent transportés à l'hôpital de LaSalle et à l'hôpital Royal Victoria. Un léger incendie aurait précédé l'explosion puisque des témoins affirmèrent que les cadavres de neuf des onze victimes furent retrouvés près du camion à incendie alors que leur lieu de travail régulier était dans l'immeuble détruit par l'explosion. Ils s'étaient probablement rendus dans l'entrepôt où se trouvait le camion pour essayer d'éteindre un début d'incendie, mais la déflagration les prit de court. Un autre témoin affirma que six des victimes étaient sorties indemnes de l'immeuble après la déflagration, mais ils y retournèrent pour sauver leurs collègues. La majorité des 11 victimes, âgées de 24 à 58 ans, habitait la région de Montréal. Les dommages furent estimés à quelque 15 000 000 $. Le travail à l'usine reprit l'après-midi du dimanche 16 octobre.

Tiré du livre d’Omar Zaïd et Khadoudja Zitouni, (sous la direction de Denis Gravel), Les industries à LaSalle de 1912 à 2002, Montréal, Les Éditions Histoire Québec, Collection Société historique Cavelier-de-LaSalle, 2004, p. 173-174.

Adaptation : Denis Gravel

Organisations: Monsanto, Les industries, Société historique Cavelier-de-LaSalle

Lieux géographiques: Hôpital de LaSalle, Région de Montréal, Québec Pierrefonds Greenfield Park Westmount Hôpital Royal Victoria

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires